Actus & livres/ Zéro déchet

Quitte à révolutionner ma consommation de produits alimentaires, cosmétiques et ménagers, autant s’attaquer aussi au téléphone portable.

J’ai mon samsung depuis 4 ans. Au bout d’un an et demi, le service client de mon opérateur m’appelait pour me vendre un nouveau téléphone. J’ai refusé, ils ont insisté, j’ai développé mes arguments…

fairphone

Pourquoi garder mon téléphone le plus longtemps possible

1/ Je n’ai pas besoin du téléphone dernier cri, même s’il me coûtera « que » 10€ de plus par mois pendant deux ans.

2/ Je connais les conditions d’extraction des matières premières des téléphones portables. (Le centre européen de la consommation résume cela sur ce pdf à destination des « jeunes », mais je pense que ça devrait s’adresser à tous.)

3/ Les téléphones sont source de pollution (pétrole dans le plastique des coques, transport…), je garde le mien jusqu’à son décès, même si l’opérateur le prévoit après deux ans de fonctionnement (obsolescence programmée !).

Une durée de vie de 4 ans, deux fois plus qu’annoncée !

Le jeune homme au bout du fil n’a pas davantage insisté. Résultat, deux et de demi plus tard, mon téléphone est toujours fonctionnel, malgré un petit plongeon dans un fleuve (je ne laisserai plus mon canoë avec mes affaires dedans à qui que ce soit !) et de nombreuses chutes (je suis maladroite). Pour être honnête, la batterie donne des signes de faiblesse. Si j’éteins mon téléphone et qu’il lui reste trois barres de batterie, le lendemain en le rallumant : il est à plat ! Parfois, quand je le mets hors-ligne toute la nuit (pour éviter de l’éteindre et d’avoir la batterie à plat donc), il bug complètement, affiche un écran noir, mais légèrement lumineux, et il faut retirer la batterie avant de pouvoir le rallumer. Mais, il me suffit largement pour envoyer des sms et téléphoner (je n’utilise pas internet, j’y passe bien assez de temps au bureau ou chez moi).

Le fairphone en 2013

Je me suis tout de même lancé ces derniers mois dans la quête d’un nouveau portable qui ne coûte pas un bras, à la base. J’ai failli craquer pour un androïd, mais non, pas d’internet ! Sinon pendant les vacances, je risquai de ne pas véritablement couper. Je voulais quelque chose de solide aussi. J’avais entendu parler de téléphones que l’on peut réparer tout seul, de mobiles en kit à moduler selon ses besoins… Je suis finalement tombé sur le fairphone. En plus d’être réparable, les matières premières de celui-ci sont issues de zones hors conflit, offrant une sécurité à la population locale et cherche à a améliorer les conditions de travail des ouvriers la chaîne de montage en Chine (même s’il reste des points à améliorer). Voilà une façon de consommer responsable, en accord avec mon éthique – car ce n’est pas par ce que je suis végétalienne que le sort des humains m’importe moins que celui des animaux –. La société néerlandaise à l’origine de ce fairphone en a vendu 60 000 exemplaires. Problème : il n’y a plus de fairphone à la vente !

 

Le retour du fairphone !


Et mi-juin la nouvelle tombe : le fairphone 2 arrive ! Les pré-vente sont lancées depuis début juillet. Je l’ai pré-commandé comme plus de 6 000 autres consom’acteurs à l’heure où j’écris, séduite par le concept, malgré le prix: 535 €. C’est plus que ce que j’avais prévu de mettre dans un téléphone, mais cela reste moins cher qu’un I-Phone (parce que je ne prends pas de forfait avec engagements car ils ne correspondent pas du tout à mes besoins et je veux pouvoir partir quand je veux de chez un opérateur) et le prix se justifie par la rémunération plus élevée des ouvriers, la recherche de minéraux qui ne serviront pas à financer des guérillas… Je ne suis de plus pas une fan acharnée des téléphones i-tech (mon samsung ne fonctionne pas sous Androïd, par exemple), je n’ai pas d’abonnement internet sur mon mobile, je pense que j’y passe suffisamment de temps chez moi pour éviter son utilisation en dehors. Bref, même si ce téléphone ne semble pas à la pointe de la technologie, il semble correspondre à mes besoins : téléphoner, envoyer des sms/mms et prendre très occasionnellement des photos (parce que je préfère mon appareil photo réflexe pour ça).

Je vais piocher dans mes économies, mais j’espère le rentabiliser en pouvant le réparer éventuellement moi-même et le garder au moins huit ans, histoire de battre le record de mon samsung qui devra tenir jusqu’à l’automne (et peut-être un peu plus s’il y a un peu de retard de livraison comme le 1er fairphone). Après ça, je lui trouverai un point de recyclage, si possible une association qui lui donnera une seconde vie.


 

L’avis de Vincent, possesseur du fairphone 1

Pourquoi avoir acheté un fairphone ?

Ce qui m’a intéressé en premier c’est l’idée de durabilité. Pouvoir remplacer des pièces plutôt que tout le téléphone et le conserver plusieurs années. En second, le côté fairtrade. Je ne suis pas un écologiste inconditionnel, mais je suis sensible à la notion de « fair » vis-à-vis des gens, notamment en économie, et vis-à-vis des ressources naturelles.

En êtes-vous satisfait ?

Je suis moyennement satisfait. La durabilité est assez limitée et les pièces de rechange pas toujours dispo (même si je n’en ai pas encore eu besoin). Il n’y a pas d’update prévu pour la version android. L’usage est cependant relativement agréable.

Quels sont les points forts et les points faibles de ce téléphone ?

Il a une solution intégrée de mémoire combinée RAM + SD. L’écran est pas mal. La communauté est dynamique.En revanche, il chauffe trop, n’a pas de support Bluetooth, le GPS est  approximatif il n’y a pas de 4G. Enfin, le support logiciel léger : j’ai été fugitivement beta-tester, mais je n’ai pas bien compris l’intérêt.

Comptez-vous acheter le fairphone 2 ?

Non. Son rapport qualité /prix est  trop cher pour le marché, même équitable. Et la politique logicielle n’est pas claire : y aura-t-il Android oui ou non ? J’ai recommandé le FP1, mais je ne recommanderai pas le FP2.


A lire :

Le Monde a testé le fairphone : « On a testé le fairphone, le premier téléphone équitable ».

PinterestTweeticoneFBinstagram

4 Laissez un petit mot

  • Reply
    Camille
    31 août 2015 at 22 h 52 min
    Je connaissais pas du tout. C’est dommage je viens de changer de téléphone… si j’avais su….
    Bonne soirée,
    Camille
    • Reply
      Gwen
      31 août 2015 at 23 h 16 min
      Merci de ton passage sur le blog Camille. J’espère qu’à l’avenir ce genre d’initiatives sera plus courante et que l’on en entendra plus parler.
  • Reply
    Emma
    31 août 2015 at 18 h 08 min
    J’avais entendu parlé de ce concept du téléphone « lego » par une amie mais je ne savais pas qu’il était en vente. C’est une super idée de pouvoir remplacer les pièces défaillantes ! A bas la société de consommation, bonjour objets durables 🙂
    • Reply
      Gwen
      31 août 2015 at 23 h 17 min
      Oui ! J’ai hâte de le recevoir et j’espère bien le garder trèèèèèèès longtemps.

    Laissez un petit mot

    %d blogueurs aiment cette page :