Actus & livres

Un petit retour sur la 15ème Veggie Pride parisienne qui avait lieu les 10 et 11 octobre 2015. Ma première participation et pas la dernière !

Le week-end dernier, je suis allée à Paris pour la Veggie Pride 2015, une grande manifestation, organisée par une équipe de bénévoles, qui réunit végétariens et végétaliens. Je n’ai pas pu participer à la marche du samedi avec ma tendinite, mais j’ai fait le tour des stands (dépensé des sous) et j’ai assisté à trois conférences le dimanche.

Veggie Pride

Selon les organisateurs, 1 300 personnes ont participé à la Veggie Pride, 200 aux conférences.

Fiers d’être véganes

Dès mon arrivée dans le train d’Amiens vers Paris samedi matin, il y avait un ballon cochon avec écrit « Tous sensibles », je savais que j’étais bien en route vers la Veggie Pride !

L’un des buts de la Veggie Pride est d’ « affirmer la fierté de refuser de faire tuer des animaux pour la consommation ». Il s’agit également de dénoncer la végéphobie et le spécisme. Cette manifestation se veut conviviale et positive. Une grande « Vegan Place » s’est tenue pour l’occasion Place d’Austerlitz. Il y avait de nombreuses associations présentes, des stands de nourriture :p , des livres, des t-shirt, des badges, des personnes déguisées en animaux, d’autres avec des pancartes, des ballons… La marche est partie un peu après 14h. Je ne l’ai pas faite cette année, mais ce n’est que partie remise pour l’année prochaine !


go veganJe me suis notamment rendue sur le stand de L214 où j’ai pu rencontrer des personnes dont je ne connaissais que la voix et la photos de profils lors des réunions skype de VegOresto. La Veggie Pride, c’est aussi se retrouver entre militants, entre véganes, partager un moment ensemble, se souvenir que l’on est pas seul. Et ça fait du bien.

J’ai enfin acheté La Libération animale de Peter Singer, un classique quand on s’intéresse à l’éthique animale. J’ai également fait l’acquisition de la bande dessinée de Rosa B : Insolente Veggie, une végétalienne très très méchante. Comme l’auteur était là, j’ai pu avoir une dédicace. Comme j’étais la dernière, qu’elle n’avait toujours pas pu manger et qu’elle commençait à avoir mal à la main après tant de dédicaces, je n’ai pas trop osé lui parler (oui, ça m’arrive d’être timide). Je regrette un peu, mais peut-être une prochaine fois. J’ai déjà dévoré l’ouvrage et je vous en parle bientôt !

Une soirée a été organisée : « Le Bal et la Bête » dans un bar parisien. Je ne m’y suis pas rendue, car quand je descends à Paris, c’est aussi l’occasion de revoir des amis. J’ai donc partagé mon temps entre véganisme et amis (mais le sujet est souvent venu et nous en avons beaucoup discuté. Même sans être toujours d’accord, j’ai la chance d’avoir des amis ouverts à la discussion et qui alimentent le débat avec de vrais arguments – et pas des trucs comme « les carottes souffrent aussi »).

veggie pride2015

Des conférences sur la cause animale

A cause d’un  méga brunch de folie (bientôt dans un article), j’ai raté la première conférence qui avait lieu le dimanche 11 octobre à l’Espace Jean Dame (que j’ai aussi  eu un peu de mal à trouver – merci à mon amie qui a joué les GPS !). Mais, je pourrais écouter bientôt en vidéo sur le site de la Veggie Pride les propos de Yves Bonnardel : « Défaire le spécisme et les autres idéologies de discrimination ». Je suis arrivée quand Dörthe Eickelberg, journaliste qui co-présente X:enius sur Arte, parlait de l’exemple de l’Allemagne, tant du point de vue sociétale que des médias. Elle expliquait notamment que l’augmentation de l’offre végétale avait plus d’impact que d’envisager l’obligation d’un repas végétalien par semaine (une proposition qui avait faite en Allemagne par une élue et bien vite enterrée). Toucher à la liberté des gens n’est pas une solution : « Il faut faire des compromis malheureusement[…] il reste un long chemin à faire, mais je suis optimiste »

« [Je suis végane] ça ne veut pas dire que je suis meilleure que les autres. C’est un chemin à prendre. » Dörthe Eickelberg

Philippe Reigné est ensuite intervenu sur « l’accès des animaux aux droits fondamentaux ». Après un petit point sur le droit des animaux actuellement – qui sont toujours soumis aux régimes des bien même si on leur reconnaît la sensibilité -, le juriste explique qu’il y a deux approches pour faire évoluer notre système : une « déclarative » (on énonce dans une déclaration les droits des animaux et on « attend » que cette déclaration passe dans le droit positif) et une « extensive » (qui consiste à étendre les droits des humains aux animaux). Cette dernière est selon lui la plus efficace (elle a fait ses preuves avec le mariage gay). Des jurisprudences en Argentine et aux États-Unis ont reconnu des grands singes comme personnes juridiques. Les choses progressent petit à petit.

« Les droits fondamentaux sont une étape. C’est un marche-pied… il faut bien commencer par quelque chose. » Philippe Reigné

Une table ronde a clôt cette dernière journée de la Veggie Pride avec Brigitte Gothière (co-fondatrice de L214), Jean-Luc Zieger (fondateur de la boutique Un Monde Vegan), Ophélie Véron (du blog Antigone XXI) et Agnès Billet (co-fondatrice du restaurant Hank Burger) autour du militantisme. Leurs retours d’expériences étaient très enrichissant et montrent qu’il y a de multiples façon de militer pour les animaux. Le premier acte à la portée de tous : nos achats.

Un week-end riche en rencontres et en informations qui a été possible grâce à une super équipe de bénévoles ! Vivement l’année prochaine ! Et vous, vous y étiez ?

Contactez-moi !

Pour toute question, n’hésitez pas à m’envoyer un petit message

2 Laissez un petit mot

  • Reply
    Fred
    15 octobre 2015 at 13 h 19 min
    Bonjour Gwen,

    Je n’ y étais pas car j’étais au travail et même si j’avais été dispo, je crois que je suis timide aussi et que je n’aurais pas eu le courage d’y aller toute seule !
    Mais en lisant ton article…cela donne envie d’y aller et je pense me joindre à vous tous l’année prochaine 😉

    A bientôt !

    • Reply
      Gwen
      15 octobre 2015 at 14 h 36 min
      Bonjour Fred,
      Oui, je comprends qu’on puisse hésiter au début, surtout si on ne connait personne. Mais on pourra se retrouver l’année prochaine 😉
      Merci pour ton commentaire et à bientôt !

    Laisser un commentaire

    0 Partages
    Partagez
    Tweetez
    +1
    %d blogueurs aiment cette page :