Loisirs/ Sport & bien-être

Depuis le mois d’octobre, je pratique la pole dance. Un sport à part entière qui m’a permis d’avancer dans l’acceptation de mon corps et grâce auquel je me défoule en m’amusant. Rencontre avec ma professeur Djénéba Timera au studio 50 nuances de pole à Amiens et retour sur mes impressions.

Comment as-tu commencé la pole dance ?

Il y a trois ans environ, j’ai découvert la pole dance sur la chaîne d’une youtubeuse et j’ai trouvé ça super joli. J’ai commencé en autodidacte grâce à des vidéos, puis un studio a ouvert près de chez moi. Au bout de deux mois, je me suis dit que je voulais en faire mon métier. J’ai ensuite suivi une formation à Paris. Cela m’a permis d’apprendre les bonnes techniques d’apprentissages de la pole dance. Je suis professeur de français à la base et passionnée de sport. Aujourd’hui, je peux allier sport et pédagogie ensemble. Il y avait de la demande à Amiens et je ne regrette pas de m’être lancée dans cette aventure.

La pole dance est-elle une activité accessible à tous ? Quelles sont ses caractéristiques ?

Oui, c’est vraiment accessible à tout le monde, car c’est une activité qui fonctionne par niveaux. J’ai des élèves de 12 à 56 ans. En pole dance, la force augmente avec le temps, pas besoin d’être un athlète : on développe les aptitudes nécessaires au fur et à mesure. Ce sport travaille tout le corps, même au niveau initiation : les épaules, les bras, la sangle abdominale, le buste, les jambes. Souplesse, coordination et créativité sont aussi travaillées. Les hommes sont aussi de plus en plus attirés par cette discipline car les stéréotypes sur le côté aguicheur de la pratique évoluent. A la rentrée 2017, des cours leurs seront proposés, axé sur les figures de forces comme le drapeau.

Il faut se lancer, sans se poser de questions ! Tout le monde peut y arriver, c’est une activité valorisante.

Pourquoi ce nom : 50 nuances de pole ?

C’est un clin d’oeil à 50 nuances de Grey, mais pas pour le côté sulfureux. C’est une discipline très artistique, d’où la référence littéraire et cinématographique, mais aussi un sport de fitness, une pratique aérienne, proche de la danse… La pole a énormément de nuances et c’est justement cela que je veux partager avec les gens.

Quelles sont tes figures favorites ?

Le reverse grab et le superman qui devrait plutôt s’appeler le superwoman d’ailleurs.

Quelle est ta poleuse préférée ?

Sarah Scott.


La pole dance et moi

Comment j’ai rencontré la discipline

J’ai découvert la pole dance grâce à ma belle-sœur. Elle a commencé il y a quelques années en autodidacte et je la voyais s’entraîner chez ses parents parfois le week-end. Je n’osais pas m’approcher de la barre à l’époque. Je me disais que j’aurais l’air ridicule.

Entre-temps j’ai testé la pop danse orientale et cela m’a beaucoup plu. J’ai aussi testé la zumba, mais j’ai arrêté pendant un an le pratique régulière du sport à cause d’une tendinite au genou. Celle-ci ayant tendance à revenir, il me fallait une activité qui ne le sollicite pas trop. Quand une amie m’a dit qu’un studio de pole dance ouvrait en face de chez elle, dans notre ville, ça m’a tout de suite tenté. Je suis allée tout de même avec un peu d’appréhension à la séance d’initiation pour tester si ça me plaisait. Se retrouver en mini short et débardeur devant des inconnues n’est pas facile… Mais Djénéba avec sa bonne humeur et sa bienveillance m’a détendu.

pole dance dans la nature

Des progrès rapides

Avec cette seule 1re séance j’avais déjà réussi quelques figures de base et j’étais très fière. Je suis rentrée chez moi couverte de bleue, mais avec un grand sourire. J’ai donc continué.

On ne progresse pas toutes au même rythme et je ne vais pas vous cache que tout ce qui demande un apprentissage mettant mon corps en mouvement est très difficile pour moi. Pourtant, j’ai fait des années de danse lorsque j’étais enfant. J’ai aujourd’hui appris quelques tricks (postures fixes) et spins (en mouvement), mais il y en a beaucoup d’autres où je dois m’entraîner encore et encore. En plus, l’hiver la barre est très très glissante pour moi (on n’ est pas tous égaux non plus sur l’adhérence) ce qui gêne ma progression. Néanmoins, je ne lâche rien ! Et quelle fierté de réussir après plusieurs semaines le reverse ! Je sais maintenant tenir sur la barre la tête en bas.

Je m’entraîne deux fois par semaine : 1 h en free pole (libre) et 1h15 en cours débutant 1.

peter pan dans les champs, pole dance

Apprivoiser son corps

J’ai toujours autant de bleus, mais je crois bien que j’aime de plus en plus mon corps tel qu’il est. Au début, face aux grands miroirs ce n’est pas facile. J’ai parfois des rechutes quand j’aperçois mon reflet, mais la plupart du temps ça va. Je pense que pratiquer la pole dance – même si pour le moment j’ai des progrès à faire niveau grâce, par exemple grogner en faisant un exercice difficile serait à proscrire – m’a beaucoup aidé dans l’acceptation de mon corps. C’est un travail commencé il y a déjà un moment, mais ça a accéléré le processus.

Mes accessoires véganes

Comme je vous l’ai écrit plus haut, je glisse pas mal en ce moment sur la barre. Pour remédier à ça j’ai tenté un « grip », un produit pour mieux agripper la barre. Il n’a pas du tout fonctionné sur moi, mais il était recommandé par une poleuse : le gorilla snot qui sert habituellement aux batteurs. Il faut savoir également qu’il laisse des traces sur la barre et qu’il faut frotter un peu pour bien tout retirer.

D’après le site Everything Pole Dancing ces produits sont cruelty-free :

Carpe Lotion
Gorilla Snot
Pole Honey
Dirty Girl Poletice
Lupit Grip
Girlie Grip
Mighty Grip
Stickum
Embrace

J’ai opté pour des gants pour ne plus glisser. C’est un peu mieux, mais je glisse quand même à l’intérieur du gant. Je ne sais pas ce que sécrètent mes mains, mais clairement, elles n’aiment pas la barre. Vivement le printemps !

Et vous, ça vous tente la pole dance ?

spinning dans les champs

Contactez-moi !

Pour toute question, n’hésitez pas à m’envoyer un petit message

3 Laissez un petit mot

  • Reply
    Deux mois sans soutien-gorge - Un courant de vert
    25 août 2017 at 13 h 12 min
    […] va bien, mes seins n’ont pas atteint mon nombril et je pratique une activité physique régulière sans aucun soucis. Je ne pense pas que ma poitrine soit réellement remontée. En revanche, mes […]
  • Reply
    Gaëla
    18 mai 2017 at 10 h 09 min
    Bonjour Gwen
    que ton article fait plaisir à lire et donne envie de s’y inscrire tout de suite. J’ai moi appris à apprivoiser mon corps avec la danse orientale et l’effeuillage burlesque.
    Petite question :
    Est ce que dans le cours il y a une session de renforcement musculaire ?
    je te souhaite une belle continuation dans ton épanouissement personnel.
    Gaëla
    • Reply
      Gwen
      18 mai 2017 at 12 h 55 min
      Oui après l’échauffement nous travaillons souvent les abdos et les bras quelques minutes. Il y a ensuite un pré-strech et c’est parti pour la pole !
      Merci pour ton commentaire et à bientôt !

    Laisser un commentaire

    0 Partages
    Partagez
    Tweetez
    +1
    %d blogueurs aiment cette page :