Actus & livres

Depuis des semaines, je vois sur mon mur facebook des partages d’articles sur un bébé italien possiblement végane en situation de malnutrition et le fameux projet de loi qui condamnerait jusqu’à deux ans de prison les parents qui forcent leurs enfants à adopter un régime végane. Petit point sur l’alimentation végétalienne et les enfants.

La vidéo de Gurren Vegan ci-dessus résume très bien la polémique autour du bébé végane italien. Est-ce que vous voyez des articles dans la presse pour chaque enfant en sous-nutrition ou même en malnutrition ? On stigmatise ceux qui adoptent un mode de vie différent.

Rappelons que la plus grande association nutritionniste du monde affirme qu’un régime végétalien correctement mené convient à tous les âges de la vie, une position affirmée depuis 2009 et réaffirmée en 2015. La société italienne de nutrition a également réagit au projet de loi en critiquant les déclarations de la député Elvira Savino à l’origine de ce texte. Trop de gras et trop de sucre constituent de plus graves dangers et le texte de loi, très large, pourrait bien aussi concerner les parents d’enfants omnivores.

Vous pouvez consulter aussi cet article sur les risques de carences d’un régime végane qui me semble s’inquiéter beaucoup – mais par honnêteté je vous le partage, vous avez le droit de ne pas partager mon avis. J’aimerais d’ailleurs en savoir plus sur les études concernant les carences des végétaliens car elles sont peu nombreuses (on ne sait même pas combien on est en France, en Europe, dans le monde). J’aimerais aussi rappeler que les jaïns suivent ce régime alimentaire (si ce n’est un peu de lait), et même de façon plus stricte avec certains légumes interdits et des périodes de jeûne – depuis 2 500 ans avant J-C. Ils n’ont pas disparu, donc logiquement, ils ont fait des enfants…

bébé et enfant végane

Photo de Mikaël Garcia, creative commons

Imposer son régime alimentaire

Grande nouvelle :  les véganes, comme les omnivores, prennent des décisions pour leurs enfants (et leurs animaux de compagnie aussi d’ailleurs). Voilà, ce n’est pas plus choquant que cela. Ils sont forcés de manger des légumes, des gâteaux végétaliens, etc., comme d’autres forcés de finir leur morceau de viande ou… leurs légumes. Les enfants ne choisissent pas leur alimentation et, parfois, même quand ils sont en âge de dire ce qu’ils veulent ou non. Il faut bien les guider un peu, mais certains parents peuvent refuser tout net le moindre aménagement. Forcer un enfant à manger ne donne malheureusement rien de bon.

Transmettre ses valeurs

Le véganisme, ce n’est pas qu’un régime alimentaire ou même un mode de vie, c’est une éthique, un engagement. On transmet ses valeurs à ses enfants. Il paraît difficile de vivre en conformité avec celles-ci si on ne fait pas vivre son enfant avec les mêmes principes. Tous les parents transmettent leur vision du monde. Les enfants s’en détacheront ou non avec le temps.

Personnellement, je trouve ça – maintenant que j’ai ouvert les yeux – très choquant de montrer les petits animaux de la ferme aux enfants et de ne pas leur dire honnêtement qu’ils finissent dans leur assiette. Le pire, c’est quand l’enfant demande ce que sont, par exemple, des nuggets et qu’on lui répond : « de la nourriture ». Il a le droit de savoir la vérité. Pourquoi ne pas l’assumer ?

vache-avatar-FB-fete-meres

Le manque de soutien aux parents véganes

Quand j’ai interviewé le docteur Jérôme Bernard-Pellet pour mon livre Vivre Végane, il m’a expliqué qu’il suivait des enfants végétaliens depuis la naissance et qu’ils avaient une courbe de croissance tout à fait normal.

Le principal problème est le manque d’accompagnement. C’est difficile de trouver quelqu’un vers qui se tourner quand on a une question sur l’alimentation végétalienne de son enfant. La plupart des médecins sont tout simplement contre, sans pour autant s’être renseignés. Les parents véganes peuvent faire des bêtises, se tromper et mal nourrir leur enfant, comme les parents omnivores.

Il ne faut pas oublier que les bébés doivent consommer du lait maternel ou du lait maternisé. Des laits végétaux en poudre supplémentés pour satisfaire les besoins des nourrissons existent, comme ceux à base de lait de vache. A ne pas oublier : la vitamine B12, indispensable pour les enfants et les adultes végétaliens (voire même végétariens en fait).

Des ressources pour se documenter sur les bébés et enfants véganes

Photo flickr de Pimkie, creative commons

Photo de Pimkie, creative commons

Heureusement, il existe de plus en plus de ressources pour se documenter, des livres, des sites, des parents qui témoignent.

Voici une liste non-exhaustive de ressources sur les enfants végétaliens/véganes  :

  • Le site vegan-pratique de l’association L214 propose des informations de l’allaitement à l’adolescence (et aussi pour les adultes et les personnes âgées), pour les 0-1 an, c’est par ici. Vous y trouverez également des liens vers des groupes facebook de parents véganes.
  • Maman végane vous partage son quotidien, nourriture et ateliers créatifs sont au rendez-vous. Elle a également une chaîne youtube.
  • Le blog n’est plus à jour depuis plusieurs mois, mais contient encore des ressources intéressantes : famillevegan.fr
  • Enfant vege, s’adresse aux parents d’enfants végétariens et végétaliens. Recettes, réflexions, échanges pour s’entre-aider entre parents.
  • Petits végétariens gourmands de Marie Laforêt, avec le nutritionniste Ludovic Ringot, permet d’avoir conseils nutritionnels pour les 0-6 ans ainsi que des recettes.
  • Bébé Veggie d’Ophélie Véron vous donne également de précieux conseils de la nutritionniste Marjorie Crémadès et de délicieuses recettes. Je n’ai pas de bébé pour le moment et j’ai pourtant craqué sur ce très beau livre… Les recettes ont l’air plus appétissantes les unes que les autres, même quand on est grand. Je vous en parle bientôt sur le blog (il serait temps, j’ai acheté ce livre depuis sa sortie…).

Partagez aussi vos ressources que je puisse les ajouter !

Contactez-moi !

Pour toute question, n’hésitez pas à m’envoyer un petit message

5 Laissez un petit mot

  • Reply
    Un Trésor dans mon placard
    23 août 2016 at 18 h 34 min
    Ce qui me fait peur dans tout ça c’est que l’on peut trouver tout et n’importe quoi en ce qui concerne la nutrition car il y a des lobbys derrière tout ça, on ne peut jamais vraiment connaître la vrai vérité de ce qui est bon pour le corps (et la planète) et non pas pour des multinationales (3 produits laitiers par jour, c’est pour le lobby du lait – Boire 1.5 l d’eau, ah bah ça tombe bien les bouteilles vendues dans le commerce font 1.5 l comme de par hasard, …)
    Enfin bref, tout ça pour dire qu’une alimentation variée végan vaudra toujours mieux qu’une alimentation omni industrielle et bourrée de produits toxiques. Après l’éducation et les valeurs transmises sont très importantes et chacun doit pouvoir se forger sa propre opinion en toute connaissance de cause.
    • Reply
      Gwen
      24 août 2016 at 12 h 34 min
      Oui, les conseils nutritionnels d’un pays à l’autre ne sont pas les mêmes et les indications de l’OMS non plus… Difficile de s’y retrouver. L’important est d’effectivement d’avoir le choix, de savoir qu’il y a des possibilités différentes et qu’elles ont toutes un impact plus ou moins important sur le monde qui nous entoure. 😉 A bientôt !
  • Reply
    Malaury
    23 août 2016 at 14 h 57 min
    Le mot « imposer » me fait quelque peu frémir… On n’impose pas, on éduque, selon des valeurs éthiques, avec bienveillance, on explique, on partage ce que l’on sait de la vie et ce qu’il nous semble juste de transmettre. Pour ma part, je ne voudrais pas « imposer » des canettes de coca empoisonnées, des steak hachés mystères, des yaourts à l’IGF1 dont la matière première provient d’une vie de souffrance… pour ce qui est de l’équilibre nutritionnel, c’est encore autre chose mais il convient, bien sûr, de s’informer et de trouver à se faire accompagner si l’on en ressent le besoin, car toute alimentation déséquilibrée comporte des dangers, quelle qu’elle soit. Merci Gwen pour cet article et pour le partage de la très bonne vidéo de Gurren 🙂
    • Reply
      Gwen
      23 août 2016 at 17 h 49 min
      Oui j’utilisais surtout le terme « imposer », car c’est celui qui revient quand on parle du véganisme, alors que l’on pourrait dire la même chose de toute alimentation, de toute décision prise pour l’enfant. C’est bien effectivement de préciser qu’il faille plutôt parler d’éducation. Je n’ai pas encore d’enfant comme je le dis, mais je commence à m’intéresser d’ailleurs à l’éducation positive.
      Merci de votre passage sur le blog et à bientôt !
      • Reply
        Malaury
        24 août 2016 at 8 h 26 min
        Oui oui je ne disais pas ça par rapport à vos propos mais par rapport à comment les détracteurs du végétalisme qualifient cette éducation alimentaire, alors que c’est tout son contraire. A bientôt 🙂

    Laisser un commentaire

    27 Partages
    Partagez27
    Tweetez
    +1
    %d blogueurs aiment cette page :